Bashar N’est Pas de Notre Voie Lactée Mais il l’a Traversée (Partie 1)

11348871257_6Pczg Aujourd’hui, un récapitulatif des enseignements de Bashar l’extra-terrestre. Bashar n’est pas très connu en France car aucun de ses livres n’a été traduit en français. Pourtant, ses enseignements sont aussi suivis aux Etats-Unis que ceux d’Abraham Hicks ou Ramtha. Le sujet principal est d’ailleurs le même : nous créons notre réalité, et tout ce que nous pouvons formuler avec notre pensée est en soit une réalité probable ou déjà existante. La seule différence notable est l’emphase avec laquelle certains sujets sont traités. Par exemple, les enseignements d’Abraham Hicks se concentrent plus particulièrement sur les émotions, les notions de source et de vortex, et ont un caractère plus « abstrait, » tandis que ceux de Bashar traitent surtout des notions de paradoxe et de probabilité, et se concentrent sur les systèmes de croyance, ainsi que la vie extra-terrestre et des sujets plus concrets, voire de nature technologique.

La vraie différence réside dans le fait que Bashar et le collectif d’entités appelé « Abraham » existent à différents degrés de physicalité ou non-physicalité, leurs intérêts respectifs et leur façon de répondre à nos questions existentielles divergent donc sans être pour autant opposés. Dans l’ensemble, leurs enseignements transmettent le même message qui, quand il est réduit à sa plus simple expression ne parle que d’amour et de se rappeler qui nous sommes vraiment.

La Petite Histoire

C’est Darryl Anka, technicien en effets spéciaux et grand amateur de chemises hawaïennes, qui sert de conduit à Bashar. C’est en participant à une classe guidée par Jane Roberts (Seth) sur le channelisme (j’ai pas trouvé mieux comme mot) que la communication s’est établie la première fois entre Darryl et Bashar. Tout comme Esther Hicks la première fois qu’elle est entrée en communication avec le collectif Abraham, Darryl s’est souvenu qu’il avait « passé un contrat » avant de s’incarner, pour servir de conduit et diffuser un corpus d’enseignements. Et, comme Esther Hicks, il a fait le choix de remplir son contrat.

Bashar se définit comme un être semi-physique appartenant à une société (Essassani) hybride, faisant elle-même partie d’un genre de confédération galactique, dont l’objectif (un peu comme dans Star Trek) est d’explorer l’univers de la conscience et d’entrer en contact avec tout ce qui est. Le rôle particulier de Bashar dans sa société est celui de « premier contact, » en gros, il sert d’intermédiaire entre le regroupement galactique et les nouvelles sociétés rencontrées, ce qui permet à tous les protagonistes d’apprendre et d’évoluer. Alors, qu’y a-t-il à apprendre des êtres humains? Apparemment, la notion de limitation. Nous serions en effet une société dont la particularité est de vivre et d’explorer les notions de limitation et de séparation à un niveau rarement rencontré dans l’univers. Nous offrons ainsi un modèle de réussite exemplaire : si nous parvenons à sortir de cet état de séparation, d’autres peuvent le faire ailleurs dans la galaxie. Bref, nous sommes des « maîtres de la limitation, » des maîtres en pleine transformation qui sont arrivés au bout de leur exploration et de leur phase d’amnésie collective.

Ci-dessous, la traduction d’une page dédiée aux enseignements de Bashar. Cette page est loin d’être exhaustive mais elle a la qualité de regrouper les grandes lignes de son message et les concepts les plus importants. Il y a quelques répétitions dans le texte que je n’ai pas altérées…parfois la répétition de certains concepts est nécessaire lorsque ceux-ci sont nouveaux.

Bashar_Darryl Anka

La Trame Basique de la Structure de l’Existence ou les 4 Lois de l’Existence

1. Vous existez.
Vous avez toujours existé et vous existerez toujours. Il est possible que vous changiez de forme mais vous existerez toujours.

2. Le Tout est Un, et l’Un est le Tout.
De même que chaque partie de l’hologramme contient en elle toute l’information de l’hologramme, chacun d’entre nous est un reflet du Tout.

3. Vous recevez ce que vous projetez.
La réalité physique n’est qu’un miroir et seulement le reflet de nos croyances les plus fortes. Et comme le reflet dans le miroir, notre réalité physique ne se transformera que si nous nous transformons d’abord.

4. La seule constante dans l’univers est le changement (à l’exception des 3 premières lois).

Chaque individu est une entité consciente d’elle-même, introspective et possédant le libre arbitre. Chaque individu est toujours aussi puissant qu’il a besoin de l’être, afin de créer la réalité qu’il désire, sans avoir à blesser qui que ce soit ou être blessé.

Toutes les « choses » sont une seule et même chose vibrant à des degrés différents. La matière et l’énergie sont issues la même substance, vibrant à des fréquences différentes, tout comme l’eau, la vapeur et la glace sont issues d’une seule et même substance vibrant à différentes fréquences.

Hautes Fréquences – Vapeur – Conscience
Moyennes Fréquences – Eau (liquide) – Esprit (énergie électromagnétique)
Basses Fréquences – Glace – Matière

Toutes choses sont Esprit, vibrant à différentes fréquences. La matière est de l’énergie solidifiée. La matière est Esprit, vibrant à une fréquence plus lente. Votre corps est Esprit solidifié, Esprit cristallisé. Vous n’êtes pas un esprit dans un corps, mais un corps dans un esprit. Lorsque votre vibration s’élève, vous devenez de plus en plus Esprit et votre état se rapproche de celui de liquide. Cela rend la création de votre réalité plus malléable.

Capture d’écran 2013-12-22 à 19.49.10

Recevoir la Réalité Que Vous Désirez

Un poste de radio n’a pas besoin de « créer » le programme qu’il souhaite diffuser. Tout ce qu’il fait, c’est recevoir un programme déjà existant. Ce qui fait de lui un récepteur efficace est sa capacité à s’aligner sur la fréquence désirée, à synchroniser les fréquences, en créant ainsi une vibration similaire à la vibration du programme reçu.
De la même façon, vous n’avez pas besoin de « créer » une réalité désirée car elle existe déjà, parmi les réalités probables infinies qui existent simultanément. Votre boulot est juste de devenir une antenne efficace pour recevoir la réalité que vous préférez, selon le principe des vibrations similaires.

Ce en quoi nous croyons définie l’alignement depuis lequel nous percevons une version particulière de la réalité. Cette connaissance est le mécanisme par lequel la création se met en place. Sans croyance, nous ne pourrions créer de réalité et serions par définition non-existants.

Toutes les versions possibles de notre réalité existent déjà, ici et maintenant. La plupart de ces versions restent invisibles et deviennent visibles lorsque nous nous alignons avec elles (par l’intermédiaire de nos croyances). De plus, le temps n’étant qu’une illusion « locale, » tout ce que nous avons un jour souhaité devenir ou accomplir existe déjà. La seule raison pour laquelle ces « versions » restent invisibles à nos yeux est que nos croyances ne nous ont pas encore permis de vibrer en synchronie avec ces versions. Ce sont nos croyances qui, à n’importe quel moment donné, déterminent notre vibration. Nous voyons et expérimentons objectivement les versions qui sont synchronisées avec notre vibration, et ce sont nos croyances qui déterminent à chaque instant notre état vibratoire.

Capture d’écran 2013-12-22 à 19.49.42

Un Hologramme Fait d’une Variété d’Hologrammes

Dans un hologramme, chaque partie contient l’information de tout l’hologramme. L’univers est structuré de manière holographique. Nous sommes holographiques. Chaque version « possible » de notre réalité est également un hologramme. Nous contenons en nous toutes les versions possibles de la réalité. A partir de toutes ces possibilités infinies, nous sélectionnons la version qui nous permettra de faire l’expérience de nos croyances. Notre imagination est « l’archive » de tous les hologrammes possibles et aussi notre version de la réalité présentement sélectionnée. Nous activons ensuite cette version sélectionnée avec nos émotions. Plus les émotions associées ont d’intensité, plus puissante est la version activée et, par extension, plus rapide sera sa manifestation en tant que réalité tangible. Des émotions positives activeront des versions positives désirées, et inversement.

Croyances => Perception => Interprétation => Réaction émotionnelle => Pensées => Actions.

Si la réalité que nous percevons ne nous plaît pas, nous n’avons pas besoin de « changer » ou de « transformer » cette réalité. Tout ce que nous avons à faire est de choisir une autre version de cette réalité et de synchroniser notre vibration avec celle de la réalité préférée déjà existante.

logo2

3 Phases Pour Recevoir Notre Version Préférée de la Réalité

1. Visualisation (mental) – Visualisez, imaginez, rêvez la version que vous préférez. Devenez une « antenne mentale. »

2. Ressenti (émotions) – Ressentez la passion et l’excitation produites par cette réalité désirée. Devenez une « antenne émotionnelle. »

3. Être (physique) – Agissez en imitant et reproduisant les comportements liés à cette réalité choisie. Faites « comme si » cette réalité existait déjà. Devenez une « antenne physique. »

Exemple : J’ai toujours rêvé de devenir écrivain ou de travailler dans le monde de l’édition. Après avoir exploré mes croyances et mes peurs relatives au sujet (je n’ai pas assez d’expérience, je n’ai pas les diplômes, je ne suis pas à la hauteur, je n’ai pas les contacts), je me suis lancée. J’ai tout d’abord visualisée ma réalité d’écrivain : gagner ma vie en tant qu’écrivain, être inspirée, découvrir un monde nouveau de créativité, collaborer avec d’autres personnes passionnées, être libre, partager mes idées et mes conceptions sur le monde.
Les émotions associées étaient puissantes : sentiment de liberté, joie, passion, excitation, fluidité.

Mais le pas le plus important a été pour moi de faire « comme si j’étais déjà écrivain » afin de manifester ma réalité choisie. J’ai donc commencé à « boire mon café comme un écrivain, » à « penser comme un écrivain,  » et j’ai poussé le jeu jusqu’à « monter les marches de l’escalier comme un écrivain, » « m’endormir et me réveiller comme un écrivain. » En revanche, je n’ai pas commencé « à boire comme un écrivain, » option qui s’avérait être un peu trop risquée. Ce jeu est devenu très amusant et à pris de plus en plus de place dans mon quotidien, jusqu’au jour où j’ai démarré ce blog. C’était juste un début, une façon de m’entraîner concrètement au jeu de l’écrivain. Quelques semaines plus tard, j’ai trouvé du travail en tant que rédactrice d’articles sur les thèmes du design et de l’architecture, et plus récemment j’ai été engagée comme lectrice. Maintenant, lorsqu’on me demande ce que je fais dans la vie, je réponds que je suis écrivain.

img_5638.jpg

Comment Faire une Visualisation Efficace

Une visualisation n’est que la représentation symbolique d’un état d’être dont le but est de générer un sentiment d’excitation ou d’exaltation. Souvenez-vous que le mental n’est pas conçu pour savoir comment une chose va se manifester. La visualisation sert avant tout à produire un état d’être, pas à définir les détails d’une manifestation souhaitée.

1. Créez une visualisation vivante et plein de détails, et ressentez les émotions et les sentiments qui y sont associés (passion, excitation, joie, exaltation, harmonie, sécurité, etc.)

2. Laissez votre corps d’énergie (source/ esprit/ âme/ corps de lumière/ soi supérieur/ Frodon) s’occuper de mettre en place votre réalité désirée.

3. Lâchez prise totalement et laissez tomber toute attente de résultat. Cet état d’abandon est la clé d’une visualisation efficace. Faites des visualisations pour le plaisir, pour le sentiment de bien-être que cela procure, et votre vie rêvée se déploiera d’une manière inattendue.

Savoir où, quand, et comment quelque chose va se manifester ne concerne aucunement votre mental. L’attente de résultats est ce qui entrave le plus le processus de manifestation. Certains deviennent anxieux lorsque les chemins qui se présentent à eux ne semblent pas mener à la réalité qu’ils ont visualisée, et c’est ce manque d’abandon allié à une peur de l’inconnu qui les empêche finalement de se réaliser ou de se transformer. Lorsque vous visualisez avec un esprit de jeu et pour le seul plaisir d’utiliser votre imagination, sans aucune attente de résultat, vous vous retrouvez à vivre une réalité bien plus surprenante et abondante que ce que votre esprit est à même de concevoir.

Émotions et Croyances

La réalité « extérieure » n’est qu’un reflet nous permettant de savoir quelles croyances nous portons. Si notre réalité ne nous plaît pas, tout ce que nous avons à faire est changer nos croyances.

Croyances => Perception de la réalité => Émotions => Pensées (qui viennent renforcer les croyances d’origine).

Nos émotions ou réactions émotionnelles ne sont donc que le résultat de nos croyances. Afin de débusquer nos croyances, nous pouvons nous poser les questions suivantes : « Qu’ai-je besoin de croire afin de ne plus ressentir telle émotion? » ou «  »Qu’ai-je besoin de croire afin de ne plus percevoir ce type de réalité? »

essassani-triangleLes Événements de Notre Vie sont Neutres par Nature

Tous les évènements que nous percevons n’ont aucune signification prédéterminée. Nous projetons et assignons des significations avec un tel automatisme et une telle rapidité que nous n’en sommes même pas conscients. En pensant qu’une situation porte en elle une signification intrinsèque, nous passons à côté du fait que nous sommes ceux qui donnons des significations positives ou négatives à des évènements de nature neutre. Lorsque nous donnons une signification positive à une situation, il en résulte une expérience positive, et inversement.

Bashar propose un petit jeu en relation avec cette connaissance : la prochaine fois que vous aurez à faire face à une situation que vous auriez habituellement qualifiée de « négative » ou « néfaste », choisissez de lui assigner une signification positive (même si la situation « apparaît » comme  négative). De cette façon, vous allez créer une expérience positive. Il ne s’agit pas ici « d’espérer » que la situation s’améliore, mais de décider qu’elle est déjà totalement positive en elle-même. C’est ce que don Juan appelait le « devoir croire. » Cet exercice est très efficace (testé et approuvé par la rédactrice de ce blog).

Suivez Votre Enthousiasme et Découvrez Votre But Dans la Vie

L’enthousiasme est le résultat de notre résonance avec notre source (corps d’énergie) et le signe indicateur que l’activité que nous songeons à accomplir est alignée avec celle-ci. Cela nous guide naturellement vers ce quoi nous sommes « destinés » à accomplir dans la vie – toutes ces choses merveilleuses que notre source « souhaite » que nous réalisions en utilisant notre libre arbitre. Suivre son enthousiasme (passion, excitation) est la manière la plus efficace et qui demande le moins d’effort pour découvrir son but et le vivre.

L’enthousiasme sert de boussole et vous indique trois choses essentielles:

1. Vous êtes l’activité que vous êtes en train de contempler.
2. Puisque vous êtes cette activité, celle-ci ne vous demande aucun effort
3. Puisque vous êtes cette activité, l’univers vous soutient (soutien financier inclus) de façon continue et progressive.

Suivre votre enthousiasme, c’est suivre les signes que vous envoie votre corps d’énergie (source) afin de vous guider de la manière la plus directe possible vers ce que vous êtes réellement destiné à accomplir. Bashar recommande de toujours de suivre son enthousiasme avec intégrité.

La peur ou l’anxiété sont de l’enthousiasme sur lequel un jugement négatif a été projeté.

Bon, les p’tits loups chelous, on va s’arrêter là pour aujourd’hui, la suite dans le prochain épisode…

L’Impeccabilité – Je Suis Le Guerrier Sans Tache Qui Tache Numéro 1

impeccabiliteD’origine théologique, le terme impeccabilité vient du latin im-peccare : incapable de pécher. L’étymologie de pécher signifie : « faute contre loi divine. » Le sens sous-jacent du mot impeccabilité est donc « incapable de commettre une faute contre la loi divine. »

De nos jours, ce terme est employé pour exprimer l’excellence ou la perfection au cours d’un échange trivial.
Exemples : « Votre costume est impeccable Monsieur Bond. » / « Comment ça va? – Impec! » / « Ces quenelles étaient impeccables! » (plus rare).

On est ici loin de toute implication théologique même si la consommation de quenelles peut parfois être considérée comme une insulte à la Création.

C’est la bande des nouveaux voyants de Sonora qui a ressortie cette expression pour décrire l’attitude du guerrier qui désire prendre conscience de l’étendue de son potentiel. Cela a semé la confusion chez certains lecteurs de Castaneda, qui ont fait des drôles de rapprochements entre impeccabilité et perfection impossible à atteindre ou moralité rigide asexuée. Depuis quarante ans, de longs débats ennuyeux ont lieu dans les cyber-bars de Poudlard pour déterminer ce qu’est vraiment un guerrier impeccable et si quelqu’un en a déjà rencontré un. Ces discussions jamais enragées (les guerriers sont sobres) et souvent stériles (les guerriers sont très très sobres) se soldent généralement par un accord tacite : il faut faire sa récapitulation avant le dodo et ses passes magiques après le caca du matin.

Dans la vision édulcorée de Miguel Ruiz, Les 4 Accords Toltèques Pour Une Meilleure Connaissance De Son Intestin, le concept d’impeccabilité se résume à dire ce qu’on pense vraiment ou à être intègre avec ses mots. Son enseignement est sympathique – comme un dimanche à Etretat – et accessible à tout le monde, c’est un peu L’Enseignement Toltèque Pour Les Nuls. Le problème quand on généralise trop c’est qu’on tombe dans la superficialité. En l’occurrence, avoir une parole impeccable, c’est bien, mais il est tout à fait possible de raconter tout et n’importe quoi. Au cours d’une interaction, l’intonation choisie, l’intention qui la soutend, et les croyances qui animent le locuteur ont plus d’effet et de pouvoir que les mots utilisés.

Mais revenons à l’amalgame théologique qui s’est créé autour de l’impeccabilité. Les croyances qui soutiennent les concepts que nous utilisons ont un impact direct sur notre perception et donc sur notre interprétation de la réalité. La première chose que fait le mental, en bon petit archiviste, est d’associer « loi divine » avec « règles à suivre sous peine de châtiment. » Et la diversité alors? Oui, la diversité des croyances existe, mais dans certains cas l’humanité s’avère être particulièrement homogène, surtout lorsqu’il s’agit de croyances religieuses. L’impeccabilité a donc souvent été confondue avec la moralité. Ces règles à suivre (lois divines) sont des constructions collectives, renforcées individuellement selon divers degrés d’intensité, et peuvent être regroupées sous un seul terme : « la carotte. »

Bugs Bunny

La carotte fonctionne très bien à l’école, au boulot et chez les couples mariés. La carotte a une seule fonction : vous faire avancer dans une direction qui sert les intérêts d’une personne ou d’un groupe mais rarement les vôtres et, malheureusement, la carotte n’est pas la promesse du bonheur, juste celle de la récompense.

Il paraît que les carottes donnent une jolie peau…elles peuvent aussi faire mal au cul. Et justement, l’un des aspects de l’impeccabilité du guerrier, c’est d’abandonner l’idée de récompense. Le guerrier est impeccable pour le fun.

Les idées des sorciers de l’ancien Mexique ont été transmises durant des générations en espagnol, pas en ancien toltèque. Elles ont donc mariné dans une terminologie latine, religieusement cuisinée et remâchée au fil des siècles par des hommes superstitieux et grands amateurs de carottes. Néanmoins, le concept d’impeccabilité n’est pas biaisé, disons que c’est tout ce qui restait au rayon fromage et les descendants spirituels des Toltèques ont dû adapter leurs idées raffinées à la syntaxe espagnole. Indépendamment de leurs problèmes culinaires, les sorciers savent bien que les mots peuvent être trompeurs ou réducteurs car notre syntaxe s’applique à décrire l’univers du connu et, justement, être impeccable c’est aller délibérément explorer ces zones inconnues de bienheureuse perdition (et rassurer notre archiviste en cas d’absences répétées).

Nunchaku

Le nunchaku du guerrier est son imagination, il peut ainsi créer et paver son chemin comme bon lui semble et, par extension, définir et redéfinir ce qu’est pour lui l’impeccabilité ; il s’agit d’être souple, pas premier de la classe. Alors, si vous sentez vos membres se rigidifier à l’évocation de ce mot, utilisez votre imagination et allez piocher quelque chose de plus adapté, tout peut faire l’affaire. Personnellement, je n’utilise plus ce terme, trop dramatique à mon goût.

Le concept d’impeccabilité est finalement d’une simplicité déroutante mais nous avons été entraînés à penser que la simplicité n’avait pas de profondeur. Par exemple, dire de quelqu’un qu’il est « simple » c’est sous-entendre qu’il est idiot. Comme le fait très justement remarquer Bashar, la conscience (ou l’existence) ne peut être soutenue que par des principes d’une simplicité extrême. La simplicité donne à la création une assise solide et durable.

C’est pourquoi les enseignants et les penseurs qui nous dispensent d’un savoir compliqué et difficile à assimiler ne sont pas atteints d’intelligence mais de logorrhée (diarrhée verbale). La complexité d’un enseignement dissimule toujours une tentative de contrôler son petit monde ou de plonger l’autre dans l’obscurantisme ; celui qui tient la chandelle est alors appelé gourou, Skippy, Baba ou maître, et prodigue son savoir alambiqué sous forme de séminaires à niveaux (vous pourrez participer à la formation niveau 2 seulement si vous avez participé à la formation niveau 1).

Bien entendu, les êtres humains sont de grands joueurs, ils aiment rendre les choses plus compliquées qu’elles ne le sont afin de pimenter leur existence et explorer à fond leurs limitations. Nous sommes hautement respectés dans le jeu de l’existence à cause de notre capacité à créer des situations impossibles et des voies sans issue. Et pour cause, nous éprouvons un plaisir évident à trouver des solutions pour des problèmes apparemment insolubles. Ce n’est pourtant pas une raison pour se torturer ad vitam eternam.

Voici les deux définitions de l’impeccabilité les plus simples données par don Juan à Carlos Castaneda :

– La seule chose qui compte est l’impeccabilité, c’est-à-dire l’énergie libérée.

– L’impeccabilité n’est rien d’autre que le bon usage de l’énergie.

En gros, reposez-vous quand vous êtes fatigué, mangez quand vous avez faim, buvez quand vous avez soif, trouvez à vous distraire quand votre mental part en sucette et tente de faire le boulot du corps d’énergie, suivez votre inspiration au jour le jour, faites marcher votre imagination, et n’écoutez plus les conseils débilitants de la télévision ou de ceux qui vivent dedans. Les enseignements de Bashar offrent un raccourci pratique pour comprendre ce qu’est l’impeccabilité ou le bon usage de l’énergie : « Faites de votre mieux pour toujours suivre votre plus haut degré d’enthousiasme. » (always follow your highest excitement to the best of your ability). Lorsque vous appliquez ce principe ultra simple, la route se dégage et vous redécouvrez votre pouvoir personnel. L’unique subtilité ici est de savoir faire la différence entre « enthousiasme/excitation » et « anxiété. » Si cette partie s’avère un peu ardue, c’est qu’il est temps d’explorer vos systèmes de croyance.

sculpture-620_1124208iQue se passerait-il si tout le monde suivait son inspiration et se mettait à créer sa vie selon son plus haut degré d’enthousiasme? Oui…ce serait une révolution…et les seuls implants invisibles qui empêchent cette révolution se nomment « ce n’est pas raisonnable » et « je n’ai pas les moyens. » C’est bien dommage ma petite dame car une vie pleine d’inspiration et de surprises vaut vraiment la peine d’être vécue. C’est (aussi) ça l’impeccabilité du guerrier : croire, puis finalement savoir que l’univers nous soutient à 100% lorsque nous plongeons dans la piscine de nos rêves les plus excitants.